J’écris ça en buvant mon 2e café de la journée. Mon lavage est en cours, les couches sont dans la sécheuse, la vaisselle est dans le lave-vaisselle et j’ai fait les cupcakes au chocolat demandés par mon homme pour finir le crémage fait par ma soeur en l’honneur de la fête de Poupou (samedi passé).

J’ai un début de rhume. Oui, j’ai fait tout ça quand même et Poupou est à la garderie pour que je slack la poulie. Je suis en vacances cette semaine. Grosse fatigue, gros stress. Mon chum veut que je relaxe, que je fasse une sieste.

Oui, je suis indigne. Il y a, quelque part sous une pile de revues ou de livres de cuisine, une liste avec les 360 000 raisons pour lesquelles je suis indigne.

Il est 10h26 et je me prépare à aller au gym. Encore.

Une amie Facebook m’a écrit un message cette semaine pour me dire qu’elle m’avait vu dans le métro, un dimanche à 8h. Elle espérait que je n’allais pas m’entraîner. Oui. 8h c’était même tard ! Si je peux être là à 7h15-7h30 la fin de semaine, ça commence bien ma journée.

J’en ai-tu eu des questions sur ma fréquentation du gym…pourquoi ? Pourquoi je fais ça ? Parce que j’aime ça. Ma semaine est planifiée en conséquence. Ma vie est incomplète si j’essaie pas de lever 10 ou 20 livres de plus que la semaine d’avant. Ce n’est pas pour maigrir, même si ça aide. Ce n’est pas pour avoir des gros muscles vu que je suis une femme et il me manque la testostérone pour développer des bras à la Popeye. Mais, maudit que j’aime ça.

Je m’entraîne depuis 2001. À ce moment-là, c’était pour prendre du poids. J’étais maigre, aucun tonus musculaire, pas d’énergie. Je faisais le programme qu’on me donnait. Changements de gym, de programmes, de beat de vie, de job, de chums (ben oui, au pluriel)…2004, bobo à la cheville sans aucun rapport avec le gym. Ça m’a pris 2 ans à m’en remettre. Pas de gym : je suis devenue molle, dépressive (encore plus), workaholic (encore plus). Finalement, un autre changement de job, salaire qui vaut la peine, horaires réguliers, retour au gym à l’été 2006. Bonjour énergie !! C’est en 2006 que je me suis inscrite au YMCA et I never looked back again. J’ai commencé avec des cours de tonus musculaire, aero-latin, step, yoga, pilates…je ne vous mens pas, les premières fois que j’ai entendu la grosse musique poumpoum du début de cours, j’ai pleuré. Ça faisait tellement de bien  de bouger ! Puis, j’ai découvert les revues Clean Eating et Oxygen…and I never looked back again. Awoye au gym pour lever des poids ! Je suis devenue de plus en plus sérieuse dans les poids, toujours pas avec la bouffe. Ensuite, avec le bobo (longue histoire) et la grossesse, j’ai ralenti le beat. Mais, j’ai continué d’y aller, j’ai modifié les exercices, j’ai même eu un programme spécifique à faire pour la grossesse. Je suis allée jusqu’à ma 41e semaine. Vélo durant les beaux mois et natation (dans la pataugeuse) en automne et hiver aussi.

Quand j’ai pu retourner au gym, 130 ans plus tard, j’ai recommencé avec mes entraînements. En octobre 2012, j’ai commencé Weight Watchers pour enfin voir des résultats. J’avais besoin d’encadrement pour la bouffe. 3 grossesses, 3 fausses couches plus tard, j’avais cessé mon abonnement à WW (on ne doit pas faire WW durant la grossesse). Mais, j’ai continué de manger selon les principes que j’ai appris, j’ai aussi commencé à planifier mes menus et collations avec ma revue Clean Eating.

En janvier, je me suis inscrite au programme Jamie Eason’s LiveFit sur BodyBuilding.com. 12 semaines. À partir de la 5e semaine, c’est 6 fois par semaine. Et je le fais. J’y vais chaque jour du vendredi au mercredi et j’attends mon jeudi de repos avec impatience. J’ai vu des progrès extraordinaires depuis que je fais ça ! Je suis passée de 140 à 180 livres au leg press (je vais faire 190 tantôt), et c’est vraiment une grande fierté. C’est un gros chiffre, ça me fait tripper. Mais, c’est pas mal partout que je vois du progrès. Plus d’abdos, plus de biceps, plus de tout. Mon poids ne descend pas vraiment, mes mensurations un peu (5cm un peu partout sauf au bicep et à la cuisse).

Bref, y a-t-il une vie après le gym ? Non. Je ne fais pas ça parce que je déteste mon corps et qu’après ce 12 semaines-là, je vais arrêter parce que je pense avoir réglé un problème. Ça, c’est la mentalité de ceux qui pensent que faire un régime de 12 semaines ou une thérapie de 12 semaines va régler quelque chose. Je fais ça parce que j’aime ça.

Ça prend du travail pour se développer. Pour le poids, je suis quelqu’un qui perd vraiment peu de poids à chaque mois, à peu près 0.4 livres par mois. Pour les muscles, wow. Ça va vite. Est-ce que je vais continuer 6 fois par semaine à vie ? Non. Après le programme, je vais aller au gym 3-4 fois semaine comme avant pour quelques semaines. Puis, oui, je vais refaire un autre programme de 12 semaines. Ça donne un choc au système.

Bref, c’est ça que j’avais à dire.